Lutter contre la cellulite

Adipeuse, infiltrée, fibreuse…à chacune sa cellulite. Apprenez à l’identifier pour mieux la combattre.

La cellulite adipeuse ou cellulite lipodystrophique

Elle est liée au surpoids et à des causes hormonales. Elle s’accumule sur les hanches, les fesses, la « culotte de cheval », le ventre. On la diagnostique facilement, en pinçant la peau qui apparaît avec des petits creux et bosses. Mais elle n’est pas douloureuse.

La cellulite oedemateuse ou cellulite hydrolipodystrophique

Elle n’est pas due au surpoids, même s’il peut coexister avec ces zones de cellulites, mais à une mauvaise circulation et à une rétention d’eau. Cette cellulite marque surtout le ventre et les jambes. Elle se signale par des chevilles qui gonflent, et une fréquente sensation de jambes lourdes.

La cellulite fibreuse ou cellulite fibrolipodystrophique

Localisée sur les cuisses, les fesses, elle forme des trous bien visibles et elle est inflammatoire, donc potentiellement douloureuse. Cette situation est due à des fibres de collagènes qui enserrent les cellules graisseuses et étire la peau.

Une stratégie en 6 actes pour s’en débarrasser.

Pour lutter contre la cellulite, on commence par l’assiette …

On chasse le sucre, on diminue les calories et on augmente sa ration d’oméga 3.

L’arme anti-cellulite : les sports anti-capitons …

Le principe est simple : éviter tous les sports ou l’on piétine ou sautille (tennis, jogging, équitation) qui donnent des chocs néfastes pour la circulation veineuse. Ou alors, on les pratique mais avec des vêtements qui soutiennent bien pour ne pas distendre les tissus et la peau.
On leur préfère les exercices de gainage, au moins une fois par semaine, ou mieux des séances d’escalade en salle ou de varappe, qui gainent en s’amusant.
On se met aux sports dans l’eau qui musclent, lissent, luttent contre la rétention d’eau en stimulant le système lymphatique (gymnastique aquatique, aquabike). En plus, ils relancent la circulation sanguine dans les zones graisseuses pour un effet détox.

Pour gommer la cellulite, on se fait masser …

Le massage anticellulite c’est le vrai palper-rouler, réalisé par un massothérapeute parce que ces doigts sentent les zones indurées, celles où il faut insister. Il pince la peau et la décolle, mobilise les tissus conjonctifs. Ainsi il relance la circulation sanguine et lymphatique et accélère un drainage et une élimination des déchets en profondeur.

Infrarouges et radiofréquence

Les infrarouges chauffent à 40° le derme pour tonifier la peau et relancer la production de collagène. L’effet radiofréquence atteint les graisses superficielles, tandis que l’appareil réalise un massage qui stimule le drainage et la circulation sanguine. Indolore, juste une rougeur passagère. Le résultat : un bon drainage, et une peau plus lisse et retendue. Les effets ne sont cependant visibles que deux mois après un traitement de 4 ou 5 séances espacées de 15 jours. En entretien, il faut refaire une séance tous les 4 à 6 mois. Le prix est de 200 à 450 euros selon la zone traitée

Radiofréquence + ultrasons

La machine joue sur la radiofréquence qui relance le collagène et les ultrasons qui ont un léger effet lipolytique potentialisant les résultats, sur une cellulite bien localisée (ventre, culotte de cheval). On constate une légère rougeur passagère après la séance. La peau est plus tendue, la peau d’orange est nettement moins visible, mais là aussi, on doit attendre le résultat au moins deux mois. Il faut réaliser 4 ou 5 séances espacées de 15 jours, puis une séance d’entretien tous les 6 mois.
Le prix est environ 200 euros selon la zone traitée.

La chirurgie

C’est la dernière technique. Après une anesthésie locale, le chirurgien coupe les haubans fibreux qui enserrent la peau et sont responsables des dépressions en surface. La peau est instantanément lissée et sans cicatrice. Il existe cependant des contre-indications : le pli sous fessier, les genoux, la raie des fesses. L’intervention dure une heure. La zone traitée peut rester douloureuse et marquée de bleus pendant quelques jours. Le prix est élevé, mais une seule séance est nécessaire. Il faut compter entre 2500 et 4500 euros selon la zone à traiter.